Sekhamet©, tous droits réservés

La Gazette de Sekhamet

Le Blog des alternatives

vers le respect de soi, des autres et de la Planète

En cours de construction

Le Blog est actuellement en cours de construction, merci de votre patience !

Repro ADN : Précautions d'usage

01/01/2021

Repro ADN : Précautions d'usage

Si vous souhaitez vous lancer seul.e dans cette aventure, lisez d'abord les précautions mentionnées dans cet article ! La reprogrammation ADN n'est pas à prendre à la légère.

À manier avec PRÉCAUTION

Il peut être tentant de se dire « Ah chouette, le programme de la Jeunesse et de la Longévité ! Et si je me refaisais une petite santé ? ». Eh non, à vrai dire ce serait plus dangereux qu’autre chose.

Les reprogrammations que j'ai vécues m'ont non seulement permis de sentir l'efficacité du soin, mais aussi des conditions requises pour cette technique. J'ai également eu la chance d'avoir des explications supplémentaires de la part d'Annya et Amon de PrésenceEssentielle concernant certains risques de la reprogrammation ADN et des mesures à prendre pour les éviter. Je ne bénéficie pas de l'expérience qu'ils ont eu avec Kishori, mais je juge nécessaire de vous transmettre ce que j'ai expérimenté ou qu'ils m'ont rapporté.

 

"L'état" de programmeur ADN


J’ai eu la chance de découvrir la reprogrammation ADN avec Annya, de PrésenceEssentielle, qui a eu la chance de participer à une formation par Kishori en personne. Pendant 3 semaines, j’ai eu droit a des reprogrammations ADN en intensif. Au quotidien, c’est une personne très légère, que j’aurais tendance à dire « dispersée » parce que je la perçois comme une nuage de paillettes, partout à la fois. Quand vient le moment de la reprogrammation ADN, c’est comme si elle se recalibrait d’un coup : une pensée droite et précise, l’énergie et l’intention qui accompagnent les commandes des protocoles et une attention permanente et centrée sur les protocoles, même si je viens à m’exprimer sur des données qui sortent et que j’ai besoin d’exprimer. La pièce est imprégnée de cette énergie qui transcende le mental. C’est de cette énergie et de cet état d’être dans lesquels je me suis plongée pour apprendre et tester les protocoles de reprogrammation ADN de Kishori sur ma propre personne.

Annya m’avait installé un programme pour utiliser le test kinésiologique  employé lors des reprogrammation ADN par Kishori. J’ai donc acquis et lu les livres de cette dernière et m’y suis plongée pendant une semaine en intensif, toute seule, pour régler toutes les choses en moi qui me venaient à l’esprit et m’handicapaient.

Lors de cet entraînement intensif, je me suis rendue compte de l’importance de l’intention et de notre état au point zéro dans les résultats en kinésiologie.

Être sûr.e d’être au point zéro

Très sensible à mon état énergétique, je ressentais régulièrement un blocage lors des protocoles. J’ai dû répéter les mêmes questions plusieurs fois, en double vérification avec le pendule en me mettant en état de réception de ma conscience supérieure. Utiliser ces protocoles n’est pas anodin, et il est absolument nécessaire de ne pas les prendre à la légère et d’être sûr de ses réponses. Je suppose que certaines personnes ont plus de facilité que d’autres à trouver leur point zéro, et qu’être sensible à notre état énergétique donne d’autant plus de difficulté à lâcher prise dessus (et donc atteindre le point zéro).

Être dans un état de commande strict et assuré

En fonction de l’information vibratoire que vous émettez dans vos commandes/questions, la réponse sera différente. Pour une même phrase, si votre état vibratoire diffère, la réponse sera fluctuante elle aussi. C’est pourquoi il faut garder un état de concentration précis et assuré qui m’avait tellement marquée chez Annya dans ses soins. On doit en fait rester concentré sur l’intention initiale de la séance, par exemple « être au point zéro avec mon père ». C’est comme si cette intention devenait ensuite une tube dans lequel vont transiter toutes les données que nous allons recevoir via les protocoles de reprogrammation : s’il y a une brèche dans le tube, les données peuvent venir de l’extérieur et ne rien avoir à voir avec le sujet traité. Au final, on est en état de canalisation de nos propres corps, le corps physique étant à la jonction de tous les corps éthériques.
De mon expérience, une fois que l’on est dans cet état de canalisation de nos corps, le point zéro vient spontanément : le plus dur est de trouver cette sensation, cet état vibratoire. On est comme un arc tendu, qui reste sous tension jusqu’à ce que la flèche soit décochée : le tire de la flèche correspond au moment où votre corps dit « stop, j’ai besoin de temps pour intégrer maintenant ».

Ne jamais forcer une reprogrammation

On a tous envie d’avancer. Mais quand le corps dit « non », il a ses raisons. Si vous vous sentez trop impliqués dans votre reprogrammation, il y a de fortes chances pour que vos réponses soient biaisées et il est probable qu’elles deviennent dangereuses dans le cas d’une reprogrammation ADN. Imaginez que vous construisez une maison. Vous avez des briques en terre cuite, puis vous en manquez. Vous avez vraiment envie de finir votre maison, mais tout ce qui reste, ce sont des briques en argile crue !  Si vous vous dites que ça fera bien l’affaire pour combler l’espace manquant, à la prochaine tempête vos trous seront toujours là. Pire encore, si vous avez posé des fenêtres ou des poutres dessus, c’est votre toit qui croulera avec...

Toujours partir sur une intention de base

Une des choses importantes que m’a transmis Annya de sa formation avec Kishori est la nécessité de partir avec l’intention de mettre une situation au point zéro. Utiliser des protocoles isolés constitue un risque pour la santé de la personne qui subit la reprogrammation. Si vous décidez de vous lancer dans l’aventure en solitaire, veillez à TOUJOURS partir avec une intention de base et à demander à votre corps quels protocoles sont nécessaires et dans quel ordre.

Une autre façon d’appréhender la reprogrammation ADN

À force de la pratiquer la reprogrammation ADN, j’ai fini par avoir la sensation que ça prenait beaucoup plus de temps que je n’en avais besoin. Qu’il y avait une autre solution.

Un soir, l’idée de me faire une reprogrammation ADN pour rétablir mon métabolisme musculaire ne me lâchait pas. L’évidence m’a alors frappée : je pouvais en faire un soin purement vibratoire et quantique. C’est à ce moment-là qu’est né mon approche vibratoire de la reprogrammation ADN : je voyais mes chromosomes et ressentais et voyais les implosions, les modifications dans l’ADN non codant, les programmes fautifs et à modifier ou inclure… Et tout cela en quelques minutes. Quelques jours ou semaines après, un ami me faisait justement remarqué que j’avais repris des cuisses en me demandant si j’avais fait de la muscu exprès. Même mon rapport à mon quotidien avait changé : comme mes muscles, mon mental avait retrouvé de la force et je me sentais plus solide, intérieurement comme physiquement. J’ai donc continué, procédant à une reprogrammation dès que je rencontrais une situation où je ne me sentais pas alignée.

Je pense cependant qu’il est parfois nécessaire d’entendre nos reprogrammations, parce que certaines informations sont liées à des schémas mentaux qui sont amenés à être traité lors des protocoles. J’ai en tête une personne qui avait déjà énormément travaillée sur elle et pour qui 6 schémas mentaux sont ressortis dans un même protocole, 9 au total sur l’ensemble d’une seule reprogrammation pour son cancer ! 

Fatigue chronique ou saut quantique ? Linux, qu'est-ce que c'est ?