Sekhamet©, tous droits réservés - Zones d'intervention

Qui suis-je ?

Une Autodidacte touche-à-tout :

passion, curiosité et soif de partage !

Je suis une éternelle curieuse ! Irrémédiablement poussée à créer des ponts entre les univers, techniques et croyances, j'en tire leur essence pour chercher en elles ce qui les rend compatibles et les mêler les unes aux autres. Tout est lié après tout ! Pourquoi n'existerait-il pas une méthode permettant de relier de multiples pratiques aussi efficaces que fascinantes ?

Mes deux modes d'expression : l'art et l'énergie

J'ai eu la chance d'avoir une mère qui a exploré avec moi tous les médiums graphiques imaginables depuis toute petite. À côté, j'ai toujours aimé danser, chanter, faire des représentation de théâtre ou danser devant un public dès que l'occasion se présente.

Enfant, ma pratique du karaté m'avait amenée à ressentir l'énergie dans mon corps et à en modérer le mouvement. Vers la fin de la primaire, suite à une blessure au poignet, ma grand-mère avant appelé un ami magnétiseur : j'ai alors ressenti le travail qu'il exerçait sur mon poignet et lui ai demandé confirmation pour m'assurer que c'était exact. C'est ainsi que j'ai compris comment me servir de l'énergie que je ressentais dans mon corps au karaté pour soigner

Entre la fin du collège et le début du lycée, j'ai découvert la lithothérapie et passé des heures sur le net à rechercher les propriétés des minéraux... Jusqu'à ce que je prenne l'habitude de simplement me connecter à eux pour le leur demander ! Un ouvrage de mère Aurore ("Les envoyés de la terre") sur les cristaux éveillés a été une révélation : le changement d'apparence de mes cristaux après leur "recharge manuelle" était normal... Je les avais éveillés !

Un brin de Science

Peu avant mon entrée au collège, ma mère m'a parlé de son parcours professionnel : en école de technicienne de laboratoire, l'un de ses enseignement préféré se portait sur l'ADN. Piquée au vif avec la sensation que je connaissais très bien ce sujet et qu'il me suffirait de jeter un œil à ses cours, je lui ai demandé si elle pourrait me les prêter.

J'ai été fascinée de découvrir ces photographies de ces chromosomes qui recelaient la moitié de mon génôme. Bien sûr, j'ai voulu devenir généticienne. J'étais jeune et j'avais la sensation que lire toutes ces notes ne contenaient pas ce que je cherchais... Comme si me plonger dans l'observation et le ressenti de ces images de chromosomes recelait ce que je recherchais.

J'ai toujours été très portée sur la Science. Jusqu'à il y a peut-être 5 ans, malgré mon contact avec l'univers énergétique des minéraux et de la méditation, j'étais très cartésienne. J'ai toujours cherché à comprendre les Sciences en profondeur, en particulier les sciences de la Terre. Jusqu'à ce que la cadence "d'apprentissage" et le rythme de vie qui nous étaient exigés au lycée deviennent impossibles à tenir et me dégoûtent.

C'est en Allemagne que j'ai compris l'intérêt des communautés scientifiques : fuyant le système éducatif français tout en espérant parfaire mon allemand, je suis partie en Master de géographie à Trèves ("Procédés dynamiques à la surface de la Terre"). Un monde différent, où les enseignants sont passionnés et interagissent avec les étudiants comme des vis-à-vis, des futurs chercheurs en quête de sens. Les étudiants venaient pour apprendre mais, malgré l'absence de "classes" en tant que telles, ils réussissaient à s'entre-aider et à créer un climat convivial. C'est dans ce climat que j'ai appris l'anglais, l'unique moyen de communiquer avec les étudiants étrangers provenant de tous les horizons : l'Amérique, l'Espagne, la Palestine, la Corée, la Finlande, l'Estonie... ENFIN, l'apprentissage "scolaire" avait pris du sens.

 

Le projet Graine d'Aunée :

le fruit de la rencontre entre la science, le partage et l'espoir d'un monde meilleur

C'est suite à cette merveilleuse expérience que j'ai décidé de transmettre, de façon automatisée, toutes les connaissances que j'ai acquise lors de mes études à un maximum de personnes.

Le but ? Permettre à n'importe qui de savoir quelles plantes sont adaptées à son environnement sans notion de jardinage. Le programme devait être accessible sur des machines anciennes et lentes, de façon à ce que chaque mairie puisse l'installer sur un vieil ordinateur offert en libre service à toute personnes qui en aurait besoin. Même la petite mamie qui sait à peine se servir d'un ordinateur !

Après avoir avancé le projet au maximum après mon départ forcé de Trèves, il m'a fallut abandonner le projet : ma condition n'était plus favorable à son avancement et j'avais besoin d'argent pour vivre. La présentation de mes résultats et du concept du programme avaient vivement intéressée mes professeurs, et j'avais été honorée qu'ils me demandent de les tenir au courant son l'évolution. J'avais même été soutenue par l'un d'eux ainsi que Pierre Lieutaghi pour l'obtention de la Bourse Déclic'Jeune (en vain).

Envie de rejoindre l'aventure ?

J'aimerais profondément avoir l'occasion de redonner vie à ce projet avec des personnes plus compétentes que moi.

Les besoins actuels sont :

  • Mise à disposition du code :
    • placer la dernière version d'Aunée sur un git de préférence celui de teknik.io, dont j'aimerais soutenir le responsable,
    • s'assurer de la qualité de la version disponible sur le git,
    • s'assurer que ce git est bien compatible avec les programmes de développement courants

Newsletter

Vous souhaitez rester au courant de mes déplacements et ateliers ?

Inscrivez-vous à la Newsletter !

Info confinement : deux confinements étant encore prévus ce printemps et cet été, je resterai principalement à Cavaillon pour cette année 2021.